Conseil National du 16 mars 2019 à Lyon

Pour la France : transformer l’Europe

Samedi 16 mars, plus de 1 500 personnes étaient réunies à Lyon pour le Conseil national de notre famille politique, dont une belle délégation alsacienne. Retour sur ce très beau succès !

La délégation des cadres alsaciens en déplacement au Conseil National

Alexandre Vincendet, maire de Rillieux-la-Pape et président de la fédération des Républicains du Rhône, a ouvert notre Conseil national avec un discours sur le renouvellement de notre famille politique et le début de la reconquête que nous sommes en train de mener. « La droite se renouvelle quand elle ose, quand elle ne s’excuse pas d’exister. Aidons Laurent Wauquiez à créer une droite audacieuse et moderne, basée sur les territoires et la France du réel. »

Jean Leonetti, président du Conseil national, a ensuite pris la parole pour demander « une Europe qui protège et qui se projette. Une Europe qui rassure face à l’immigration et dans le respect des peuples. Mais aussi une Europe qui se projette dans l’avenir et qui reparle au monde ». Le vice-président délégué des Républicains a rappelé que c’est cette vision que notre famille politique entendait porter dans la campagne des élections européennes et qu’elle était la base du projet qui serait soumis au vote des conseillers nationaux quelques minutes plus tard.

Le président du Conseil national a alors appelé Daniel Fasquelle, Trésorier national des Républicains, afin qu’il présente le budget 2019 de notre mouvement. Un budget que Jean Leonetti a soumis au vote des conseillers nationaux et qui a été unanimement adopté. Une ligne directrice pour notre famille politique et pour la France : des dépenses maîtrisées, un budget bien géré !

À Daniel Fasquelle ont succédé sur scène Eric Ciotti, président de la Commission nationale d’investiture de notre famille politique, et Annie Genevard, Secrétaire générale. Ensemble, ils ont présenté les 25 candidats qui porteront notre projet pour les élections européennes du 26 mai prochain. « Nous avons une liste de rassemblement et de conviction. Une droite qui ne s’excuse pas d’être de droite. Une droite fière et qui assume son héritage. Une droite qui sait d’où elle vient et qui sait où elle va en France et en Europe » a déclaré Eric Ciotti. Annie Genevard a quant à elle applaudi « une équipe qui va déjouer les pronostics » et qui portera haut nos couleurs dans cette bataille des européennes.

Nos candidats aux élections européennes

Une fois les 25 candidats présentés, le trio de tête composé de François-Xavier Bellamy, Agnès Evren et Arnaud Danjean est resté sur scène afin de faire découvrir à la salle notre projet européen « Pour la France : transformer l’Europe ». Un projet construit autour de 5 grands axes : l’Europe frontière, l’Europe civilisation, l’Europe puissance, l’Europe projet et l’Europe efficace.

Notre tête de liste, François-Xavier Bellamy a ensuite pris la parole pour exposer sa vision pour notre pays et notre continent, en soulignant l’importance pour nous, Européens, de défendre notre civilisation. « L’avenir ne consiste pas à gérer le déclin. Nous refusons cette fatalité. Nous ne voulons pas subir notre avenir. Nous voulons écrire notre histoire. Faisons des choix courageux pour notre pays et pour l’Europe. » a-t-il lancé depuis la tribune. 

L’Alsacien joseph DAUL, Président du PPE

Joseph Daul, président du Parti Populaire européen, qui nous avait à nouveau fait l’honneur de sa présence après sa venue à notre Conseil national du mois de juin dernier, a ensuite pris la parole pour réaffirmer la nécessité que l’Europe évolue afin de ne pas perdre sa place dans sa mondialisation. L’occasion également de lancer un message à Emmanuel Macron, « qui va en marche arrière ».

Jean Leonetti, président du Conseil national, a ensuite appelé sur scène Hervé Morin, président de la Région Normandie et président des Centristes, avec qui nous avons réaffirmé notre union. Hervé Morin, pour qui il était « une évidence d’être ici parmi » nous a embrassé la même vision européenne que notre famille politique en déclarant : « Oui, l’Europe est un enjeu de prospérité, de civilisation et de puissance. Non, la construction européenne n’est pas une incantation. Non, ce n’est pas le mirage d’Emmanuel Macron. Non, ce n’est pas l’effondrement d’un repli national dévastateur. »

Avant le discours de clôture de notre président Laurent Wauquiez, Michèle Alliot-Marie, députée européenne et ancienne ministre a tenu à s’exprimer pour réaffirmer l’importance de l’Europe dans le futur de notre pays et dans ses possibilités de rayonnement au niveau mondial. L’ancienne ministre de la Défense a plaidé, elle aussi, pour une Europe plus concrète : « Oui, je vous le dis : pour les défis des prochaines années, la France a tout les atouts nécessaires, à condition de nous appuyer sur l’Europe. Une Europe du concret, pas une Europe des discours. Une Europe des projets. »

Notre Conseil national s’est conclu avec l’intervention de Laurent Wauquiez, qui pendant près de 50 minutes a plaidé pour « redonner un avenir à notre civilisation européenne ». Avec cette anaphore, Laurent Wauquiez a décliné tous les aspects du projet des Républicains qui permettront de redonner un avenir à notre civilisation : se souvenir que l’Europe a une histoire ; assumer nos racines ; défendre notre mode de vie ; arrêter de sous-estimer la menace islamiste ; en finir avec l’élargissement sans fin ; redonner des fondations solides au projet européen et ces fondations sont dans nos différentes nations constitutives de notre identité ; sortir l’Europe de ce que Tocqueville appelait ces petites règles compliquées, minutieuses et uniformes » qui « gênent, compriment, énervent, éteignent, hébètent » ; bâtir une Europe capable de répondre aux enjeux de demain ; et ne plus subir l’immigration de masse.

« Réaffirmer le sens de la frontière, arrêter de subir, ne plus se soumettre, retrouver le goût de l’ambition et des grands projets, redessiner l’avenir de cette civilisation européenne que nous chérissons. Se réapproprier ce que nous sommes pour mieux assurer ce que nous serons. C’est cela la question qui nous attend. Pas pour ou contre l’Europe, mais l’Europe que nous voulons. Il est temps ! Il est temps derendre aux Français l’Europe qu’ils veulent. Ce que nous voulons, au fond, c’est à la fois simple et gigantesque. Nous voulons continuer l’histoire de notre civilisation. L’histoire de nations, de peuples, de cultures, dont le génie lucide et millénaire ne veut pas mourir. Nous voulons redonner un avenir à la civilisation européenne. » – Laurent Wauquiez

Les Républicains sont unis et mobilisés pour porter et amplifier la dynamique de notre campagne pour les élections européennes. En avant ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :