Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

SBOURHIS62« Quand le sage désigne la Lune, l’idiot regarde le doigt », la tentation est grande de détourner ce proverbe chinois à la lueur de l’analyse des chiffres du chômage. La bonne version serait alors « Quand le président désigne les chiffres, les Français doivent regarder l’emploi ».

Alors que les chiffres de l’emploi de Novembre 2013 viennent de tomber, il ressort que la promesse socialiste  d’inverser la courbe du chômage est elle aussi tombée avec.  

Elle s’est fracassée sur la certitude socialiste que l’économie était cyclique alors que l’économie actuelle est surtout linéaire et qu’elle se confronte à ses propres évolutions et défaillances.

Cécité idéologique / cécité économique

Le bon discours aujourd’hui n’est pas de faire du chômage une fatalité à compenser comme on mettrait un cautère sur une jambe de bois mais d’inverser le logiciel hexagonal qui veut que l’on se batte contre le chômage alors qu’il faut se battre « pour l’emploi ».

Si l’on ajoute à cela la hausse des destructions d’emplois, on se doit d’admettre que la cécité idéologique conforte une cécité économique.

Le chômage baisse aux Etats Unis, il est frictionnel chez nos amis allemands. La fiscalité des entreprises y est raisonnée.

Dans un cas comme dans l’autre, on soutient les créateurs d’entreprises et d’emplois. Ici, on subventionne. Pire, les collectivités et associations subventionnées doivent même être dans le peloton de tête des créations d’emplois …

Autant de raisons d’en appeler à un sursaut, les pseudo-mesures  récentes, comme les contrats aidés coûtent 11.000 € par emploi. Souvenons nous que ce sont bien nos entreprises, nos artisans qu’il faut d’abord aider. Le reste n’est qu’illusion ou bombe fiscale à retardement.

Stéphane Bourhis 

Conseiller Municipal UMP de Hoenheim

Secrétaire Départemental Adjoint de l’UMP en charge de la Communication 

Chef d’Entreprise

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :