Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

Elsa SCHALCK Discours

 

Strasbourg: capitale de l’Alsace, capitale de Noël, mais l’été… capitale endormie !

Une ville aux mille atouts qui semble plonger lentement dans un immobilisme inquiétant. À entendre les professionnels, le constat est assez similaire d’un secteur à l’autre: à force de se reposer sur ses lauriers, Strasbourg perd en attractivité ! C’est pourtant tout l’inverse que devrait nous inspirer cette si belle ville.

Mais pour ce faire, la 7ème ville de France, placée dans le top 10 des villes touristiques françaises (à la 9ème place) a besoin d’une ambition d’une toute autre envergure.

Elle mérite de la détermination, de la combativité, de l’envie, et un engagement sans faille pour défendre et renforcer la place singulière qu’elle a toujours eue en France et en Europe.

Au terme de l’été 2013, ce constat est encore plus troublant pour nous, jeunes strasbourgeois, et il nous apparaît évident que Strasbourg a besoin d’un nouveau souffle.

 

Strasbourg semble vivre tristement au rythme d’une petite ville provinciale. Durant la période estivale, les villages alsaciens sont même mieux lotis que la capitale avec les fêtes de village, fête de la bière, festivals, corsos fleuris…qui rencontrent un succès qui ne se dément pas années après années : il y règne une ambiance chaleureuse où, au cœur de l’été, Alsaciens et Touristes de tous horizons ont plaisir à se retrouver.

Une telle ambiance fédère, dynamise, renforce les liens. En ces temps économiquement et socialement difficiles, de tels moments sont pour nous tous essentiels : à l’heure où de moins en moins de personnes partent pour les vacances, vivre dans une ville qui bouillonne d’activités et d’animations estivales, qui cassent la routine tram-boulot-dodo, est bon pour le moral!

Or, force est de constater que pour nombreuses activités, l’herbe est plus verte ailleurs, de telle sorte qu’il est presque automatique de se tourner vers d’autres territoires pour pouvoir occuper agréablement son temps libre.

Ainsi, la ville de Metz est devenue en quelques temps un bel exemple de ce qui peut être entrepris à force de volonté et de détermination. Elle est désormais un passage quasi obligé sur un plan culturel avec le Centre Pompidou (qui attire quasiment autant de visiteurs que le musée d’art moderne de Strasbourg alors que la ville est deux fois plus petite!).

Pour les aménagements aquatiques et notamment pour les piscines, il est conseillé de sortir de Strasbourg ou de traverser le Rhin. L’unique piscine extèrieure (!) de Strasbourg, qui a certes, fait l’objet d’un réaménagement, est non seulement bondée en pleine journée, mais manque cruellement de charme et de cachet. Les Strasbourgeois fuient la ville pour pouvoir accéder à une piscine dans un cadre agréable, chaleureux, et convivial. Pourquoi Strasbourg n’y arrive-t-elle pas ?

Le constat est le même quand il s’agit d’aller boire un verre. Le lieu qui s’est très vite imposé comme l’endroit branché de référence à Strasbourg n’est autre que « le Kbeach »…à Kehl ! C’est donc en Allemagne que les Strasbourgeois se retrouvent en début de soirée ou en week-end. Pourquoi ce qui est possible du côté allemand ne l’est-il pas du côté français ?

La municipalité actuelle a beau essayer de rattraper son retard avec « les Docks d´été » (inconnu des Strasbourgeois…); son impact au milieu des constructions en béton est bien évidemment totalement différent et personne ne semble dupe du succès relatif de cette opération.

Il n’est désormais plus étonnant de sentir grandir une aspiration au changement. Les idées et les propositions ne manquent pourtant pas pour dynamiser Strasbourg. Pourquoi ne pas créer à Strasbourg un grand événement estival d’une portée et organisation similaire au marché de Noël: « la Fête de l’Alsace ». S’étalant sur plusieurs semaines, elle serait répartie sur les différentes places publiques de la ville et proposerait aux strasbourgeois et touristes une multitude d’animations, musicales, artistiques, artisanales, traditionnelles. A l’instar de nombreuses villes allemandes et de leur «  Volksfest », des tables de banquet pourraient envahir des rues ainsi que des scènes de rues pour laisser s’exprimer la culture, la musique, l’humour alsacien et/ou d’autres régions d’Europe. Cela serait une autre occasion de faire émerger les nombreux potentiels et talents que compte notre ville.  A quand, pourquoi pas, un festival de l’Alsace, inter-rhénan ou européen comme il existe un festival interceltique en Bretagne ? Il faut pour Strasbourg un évènement aussi fort que le marché de Noël… mais en été !

 

Par contre, Strasbourg semble avoir été championne…. des travaux !

S’il y a bien un élément qui cet été nous a fait oublier le côté villageois de Strasbourg : ce sont bien ces énormes bouchons qui ont entravés les déplacements de tous ceux qui souhaitaient entrer ou sortir de Strasbourg.  A croire que c’est l’exode total durant l’été, que la ville est entièrement vidée de ses habitants et que l’on peut tranquillement faire tous les travaux d’un coup d’un seul, sans déranger personne. Ce sont pourtant des milliers d’automobilistes et de Strasbourgeois qui en subissent les conséquences !

 

Les beaux slogans et une communication à tout va, ne permettent plus de cacher cette réalité. Strasbourg compte environ 300 000 habitants. Autant d’amoureux d’une ville qui a tout de l’allure d’une Grande. Mais également autant de personnes qui se rendent compte avec tristesse de son endormissement. Il est possible et nécessaire de changer les choses ! Il faut faire bouger Strasbourg !

Nous sommes Strasbourgeois de naissance et de cœur. Nous souhaitons vivre dans la ville que nous aimons mais nous aspirons à autre chose : Strasbourg mérite une grandeur d’une autre dimension. A nous tous de prendre son destin en main !

 

Elsa SCHALCK, Responsable des jeunes UMP du Bas-Rhin

Thomas CHAPOUTHIER, Conseiller départemental de l’UDI du Bas-Rhin

 

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :