Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

Antoine HERTH

La pétition « Alsace retrouve ta voix » connaît un certain succès et c’est bien compréhensible: nombre de mes concitoyens ont le sentiment que les choix gouvernementaux de redécoupage régional, ici et ailleurs, font fi des réalités géographiques, historiques et culturelles.

Signer une pétition est donc pour beaucoup une façon de refuser de se résigner. Ce message là, tout responsable politique sensé l’a bien compris et j’espère que c’est également le cas à Paris.

 

Si j’ai combattu cette mauvaise réforme de toutes mes forces, je n’ai en revanche pas signé la pétition et les événements récents démontrent qu’elle nous amène dans une triple impasse.

 

La première est juridique comme l’a rappelé Philippe Richert.

Seule une nouvelle loi, votée au Parlement, peut changer la loi existante : une collectivité territoriale n’en a pas la compétence.

Les promoteurs de la pétition affirment le contraire. Il n’y qu’un mot pour désigner une telle attitude: le mensonge. En procédant ainsi ils ont délibérément choisi de tromper les Alsaciens de bonne foi.

 

La deuxième impasse est politique. Les chantres du régionalisme refusent  » toutes ces lois imposées par le centralisme jacobin »!

Soit. Mais se mettre hors-la-loi signifie qu’on rejette à la fois les lois jugées néfastes mais aussi celles qui nous sont favorables. Je pense en particuliers au droit dit local qui n’existe que parce qu’il s’adosse au droit commun. Alors exit le droit concordataire? Exit les jours fériés d’Alsace-Moselle? Exit le régime local d’assurance maladie? Je n’ai pas le sentiment que c’est cela que les Alsaciens réclament !

 

La troisième impasse est morale. Les défenseurs de la pétition ont choisi la voie de l’outrance et de la calomnie pour faire entendre leurs arguments. Cela me choque! Je suis choqué que sur les réseaux sociaux des fonctionnaires de l’Etat soient comparés au régime de Vichy! Je suis choqué que sur les mêmes sites des élus locaux soient associés au nazisme !

Une telle dérive extrémiste mérite une condamnation ferme. Et une prise de distance de tous ceux qui refusent de la cautionner !

 

Jean-François Deniau écrivait:  » On ne connaît le sens de l’Histoire qu’à la fin de l’histoire ».

Ma seule certitude c’est qu’en décembre le suffrage universel désignera un nouvel exécutif régional sur un périmètre élargi. L’intérêt de l’Alsace est d’y envoyer des hommes et des femmes responsables et lucides, capables de défendre nos points de vue y compris sur la langue régionale, motivés pour consolider la place de Strasbourg et des autres villes alsaciennes sur le nouvel échiquier. Ils siégeront jusqu’en décembre 2021.

Quant à ce qui se passera après, l’Histoire nous réservera peut-être des surprises.

Antoine HERTH, Député du Bas-Rhin

3 Comments for this entry

  • dautheville

    J’approuve vos arguments à 100%
    Nous devons respecter nos institutions et combattre une mauvaise loi par une bonne loi plutôt que s’engager dans l’outrance et l’irresponsabilité!
    Emmanuel DAUTHEVILLE

  • Christian Schultz

    Mais qui peut encore croire en cette UMP qui a si largement échouée à défendre les intérêt fondamentaux de notre région, en matière économique, linguistique, éducative …?
    Jadis prospère en raison de ses atouts régionaux et de sa culture rhénane, l’Alsace est devenue une région sur le déclin, affichant un taux de chômage situé désormais dans la moyenne nationale, alors que nos régions voisines affichent le plein emploi.
    Et bien Monsieur Herth, ce qui nous sépare de ces deux chiffres, c’est le centralisme jacobin et le légalisme inconditionnel que vous incarnez. Ne vous étonnez pas dès lors qu’une partie de l’électorat cherche à s’exprimer autrement.

  • Jean-François Mattler - Vice-Président de la FDA

    Vous devriez avoir honte M. Hert. Vous vous revendiquez du Gaullisme et vous acceptez qu’on raye notre belle Alsace de la carte comme ça, un soir de beuverie entre socialistes ?
    La réalité est que vous avez peur de cette pétition et que vous ne parvenez pas à comprendre que le Peuple Alsacien se réveille. Et vous n’êtes sans doute pas au bout de vos surprises.
    Si vous aviez encore un peu d’honneur et de dignité, vous feriez en sorte que cette consultation populaire se fasse au plus vite et fort de son résultat que tout le monde connaît, vous pourriez vous opposer à cette Loi.
    Comment pouvez-vous prétendre représenter vos électeurs et être à ce point sourd à leur refus de cette fusion qui entraînera la disparition de l’Alsace. Reprenez-vous, il est encore temps.

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :