Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

HETZEL Patrick

Je constate que depuis 24 heures une information erronée circule sur les réseaux sociaux au sujet de ma position concernant l’Interruption Volontaire de Grossesse (I.V.G.).

Le gouvernement a souhaité modifier les termes de la loi Veil en supprimant la référence à la notion de « détresse ». Je défends la même thèse que la plupart des collègues de mon groupe parlementaire sur cette question : il n’est pas opportun de toucher à l’équilibre que nous avons trouvé avec la loi Veil qui définit un cadre légal pertinent permettant aujourd’hui tous les ans à 220.000 femmes d’avorter en France et, en raison de cette situation de détresse, de pouvoir bénéficier d’un remboursement de cet acte. Cette position est d’ailleurs celle qu’ont exprimée aussi bien François Fillon que Jean-François Copé ou encore Jean-Louis Borloo.

C’est dans cet esprit que j’ai cosigné un amendement pour le maintien des termes actuels de la loi Veil et donc le maintien de la référence à une situation de détresse.

Certains collègues également cosignataires de cet amendement ont par ailleurs défendu un autre amendement proposant un déremboursement de l’I.V.G. Je ne me suis pas associé à cette démarche.

Patrick HETZEL, Député du Bas-Rhin

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :