Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

Compte rendu de la conférence-débat organisée le lundi 30 mai 2011 au siège de l’UMP 67 sur le thème :

Bilan des 4 ans de mandat du Président Nicolas SARKOZY

Par André REICHARDT, Président de l’UMP67 et Sénateur du Bas-Rhin

Par André SCHNEIDER, Député de la 3ème circonscription du Bas-Rhin

Parce que nos  militants sont le relais de l’action de nos élus a quelque niveau qu’ils soient,  leur  formation et leur information doit être un souci majeur de notre mouvement.

Aussi, cette réunion consacrée au bilan des quatre années de la présidence de Nicolas Sarkozy fut l’occasion de rappeler que la ligne politique fixée par le chef de l’Etat en 2007 a été respectée malgré une crise économique et financière sans précédent.

ANDRE SCHNEIDER , député de la 3ème circonscription, a ouvert le débat et   a appelé chacun  au réalisme et au constat.

A l’heure où le Parti Socialiste propose « sa  vision du  changement » qui est en vérité un retour au passé, avec reprise des mesures qui ont mis à mal tous les volets économiques et sociaux de la France, à l’heure où l’extrême droite rêve de sortir de l’euro, de l’Europe et de fermer nos frontières, « nous, UMP,  devons être fiers du travail réalisé par notre majorité ».

C’est elle qui a rendu nos universités autonomes grâce au travail remarquable  et courageux de Valérie PECRESSE. Par cette réforme Strasbourg est devenu  un fleuron :  deuxième pôle universitaire français.
Sous cette  majorité le budget de l’Education Nationale est redevenu le premier budget de la Nation. Oui, Une RGPP (réforme générale des politiques publiques) a été entamée.  Les moyens  ont été mieux répartis sans diminuer le nombre de fonctionnaires devant les  élèves.
Rappelons aussi que le service minimum porte ses fruits : lors des pics de grèves, les transports fonctionnent à hauteur de 30 à 50%.

Parce que la sécurité est importante, nous pensons que les fonctionnaires de police ne doivent pas devenir des animateurs de quartiers se faisant tutoyer. Avant 2002 les crimes et délits ont augmenté de 24% ; à contrario ils ont diminué de 17% entre 2002 et 2010. 9 400 places de prisons et des centres d’éducation ont été créés.
30 000 immigrés clandestins ont été reconduits à la frontière en 2010, soit trois fois plus qu’en 2002.
Grâce au Grenelle de l’environnement nous affichons une volonté sans faille consistant, à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à favoriser le développement des énergies renouvelables.
Jamais le nombre de logements sociaux construit n’a été aussi important que durant ces 4 dernières années. Nous avons décuplé le quota. Les socialistes se vantent d’avoir voté la mesure introduisant les quotas :  nous, nous préférons l’appliquer.

Jamais l’accès à la culture n’a été aussi grand avec, par exemple, la gratuité des musées pour les 18-25ans. Aujourd’hui, dans le monde entier, la France est reconnue  pour sa culture et  par  les valeurs qu’elle véhicule et  remonte les marches sur la scène internationale. Dernière preuve en date, son  rôle majeur  dans le soutien aux peuples des pays arabes en quête de démocratie.

ANDRE REICHARDT, Sénateur et Président de l’UMP67 a pris ensuite  le relai et  s’est surtout attaché à expliquer les grandes avancées économiques de notre pays : « la France a mieux résisté à la crise économique et financière que les autres pays grâce à la réactivité du Président de la République ».
Ainsi, le pouvoir d’achat des Français a augmenté en 2009 et en 2010 alors qu’il baissait presque partout ailleurs en Europe. Le niveau d’heures supplémentaires ( défiscalisées et déchargées en partie,  ce qui représente un coût pour l’Etat de 20 milliards d’euros ) est revenu en 2010 à son niveau d’avant la crise et bénéficie à plus de 12 millions de salariés.

Le taux de chômage baisse pour le 4ème mois consécutif.

La croissance pour le premier trimestre 2011 atteint 1%. Comparés aux chiffres de l’Espagne, de la Grèce ou du Portugal, ceux de la France nous placent avec l’Allemagne dans une dynamique positive  en Europe.

Tout est fait pour relancer l’activité économique et la compétitivité de notre pays « en dopant »  les innovations, grâce au Crédit Impôt Recherche et au Grand Emprunt, qui sont des mesures misant sur l’avenir, donc agissant sur la structure économique de notre pays.

Aussi, comment ne pas évoquer la réforme de la Taxe professionnelle remplacée par la CET où les investissements ne sont plus taxés. C’est notre majorité qui a eu le courage de supprimer cet impôt qualifié par tous comme contre-productif.
La saine gestion et la rigueur nous ont poussé à adopter une Révision Générale des Politiques Publiques. En effet, nous devons mettre fin à l’impasse budgétaire en diminuant nos dépenses : « Nous ne souhaitons pas laisser aux générations futures la dette et la charge de la dette elle-même »

Une réforme constitutionnelle voulue par Nicolas Sarkozy prévoit l’inscription de la Règle d’or budgétaire dans la Constitution : les socialistes s’y opposent car avec une telle mesure tout leur programme serait inapplicable.
La réforme des retraites, vivement critiquée, était pourtant indispensable. Nous sommes tous, en France, attachés au système par répartition. Or, celui-ci était vivement menacé il y a un an.

Face à la diminution du nombre de cotisants et  à  l’augmentation des non-cotisants, pour ne pas faire payer d’impôt supplémentaire et pour garantir le niveau actuel des pensions de retraite, il existait une solution courageuse : augmenter l’âge légal de départ à la retraite. Nous l’avons fait.
Enfin, notre majorité reste claire dans ses postures. Le langage de Nicolas Sarkozy peut surprendre quelques personnes, mais c’est un Président de la République qui souhaite rester compréhensible, proche des Français et ne pas s’adresser exclusivement à une élite.

Au final, grâce à notre majorité et au travail des parlementaires, plus de 187 lois ont été votées depuis 2007.

Compte rendu de Joey HEINTZ

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :