Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

Toujours dans le cadre de la préparation du projet présidentiel organisée par la fédération UMP du Bas-Rhin, une réunion décentralisée à Bossendorf s’est tenue le vendredi 17 juin 2011 autour du thème : « L’avenir des territoires ruraux ».

Monsieur le Maire remercia les participants pour leur venue et évoqua les nombreuses difficultés que rencontrent les territoires ruraux actuellement : création de lotissements, disparité des commerces de proximité, problèmes de transports…

Marie-Paule Lehmann rappela quelques chiffres montrant l’attractivité croissante du canton d’Hochfelden, représentatif des territoires ruraux en général ; 30 villages, plus de 17000 habitants, naissances excèdant les décès, solde migratoire positif, 80% de la population propriétaire, 25% de retraités, 2% d’agriculteurs, une population de 30-59 ans majoritaire mais un manque croissant des jeunes de 19 à 29 ans, création de périscolaires et d’une école intercommunale en projet ainsi qu’une maison des services à l’étude ou encore le développement du tourisme rural…

Emile Blessig compléta cette présentation en affirmant que depuis 1995, 2,5 millions de personnes ont quitté les villes françaises et que, dans les campagnes, le taux de croissance est trois fois plus fort depuis 1999. D’après un sondage récent, 25% des urbains envisagent même de quitter la ville dans les années à venir.

Antoine Herth, spécialiste des questions agricoles et rurales, définit le milieu rural comme un éloignement des pôles urbains. Il évoqua l’évolution du tissu scolaire, l’offre de soin et la rénovation des habitations rurales traditionnelles, sans oublier les questions de répartition d’offres commerciales.

Pour les deux parlementaires alsaciens, deux défis nous attendent demain :

  • la gestion des l’espace : en effet, plus de 84 000 hectares de terres ont disparu en 2010 en France dont 400 dans le Bas-Rhin. La création de SCOT sur tous les territoires et la mise en place du Grenelle de l’environnement II visent à mieux prendre en compte ce phénomène pour ne pas handicaper notre agriculture.
  • le second défi est de prendre davantage en considération les attentes des citoyens en matière de déplacement et de mobilité, et de modes de vie.Ainsi, la France rurale devra se doter de services itinérants, favoriser le regroupement de services et étoffer la palette d’offre de services, sans oublier la mobilité des données rendue possible grâce au très haut débit. Les politiques publiques à toutes les échelles doivent ainsi être mieux coordonnées sur l’ensemble du territoire.L’offre alternative à la voiture sera une priorité : dans les mois à venir la ligne TER Strasbourg/Niederbronn sera totalement rénovée. La priorité de la Région Alsace sera également de permettre les départs de trains dans les gares situées en milieu rural à heures fixes ( par exemple 7h02, 8h02 … 18h02 ) pour inciter encore davantage la prise de transports communs.

Au cours de cette soirée bien d’autres problématiques ont été soulevées dans la salle, notamment l’avenir de la PAC, la réforme des Collectivités Territoriales et les ressources financières pour les collectivités, la qualité de vie, les traditions, l’avenir des exploitations familliales, la valorisation des produits agricoles, la sécurité alimentaire, la sécheresse, le marché du bio, les priorités de la banque mondiale en Afrique, la productivité des salariés, les entrepreneurs innovants, le prix des timbres en France et ailleurs, les difficultés actuelles de la grande distribution…

Les échanges se sont poursuivis autour d’un verre de l’amitié à partir de 22h30.
>
> Joey HEINTZ
> 16A Rue Principale, 67250 HOHWILLER
> Tel : 06 76 21 28 54
> heintz.joey@hotmail.fr

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :