Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin


La  prolongation  de  la  Caisse  d’Amortissement  de  la  dette  sociale  –  CADES  –
jusqu’en 2025 et l’affectation de 80 milliards de dettes supplémentaires liées au
déficit actuel et à venir de la Sécurité sociale représentent une charge écrasante
pour les générations futures.

La  nécessité  absolue  d’équilibrer  les  comptes  sociaux  et  d’y  consacrer  des
ressources supplémentaires devra clairement apparaître dans la prochaine loi de
financement de la Sécurité sociale – PLFSS – car les déficits actuels ne peuvent
indéfiniment être reportés sur les générations futures. Je ne peux approuver ce
texte qui met en place une solution bancale. Je vote contre.

Jean-Philippe MAURER
Député du Bas-Rhin
Vice-Président du Conseil Général du Bas-Rhin

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :