Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

seignosse04

Monsieur le Premier Ministre, cher François,

Mes chers amis,
Je voudrais vous parler du formidable succès de ce campus de Seignosse !
Ce succès, c’est avant tout le succès des idées !
Seignosse, c’est aussi le succès du débat.
Ce campus, c’est enfin le succès de l’ouverture.
Pendant trois jours, vous avez débattu, échangé, vous avez exploré le champ des possibles, sans
barrière, sans a priori, sans tabou, sans détour.
Jeunes Populaires, gardez votre audace et gardez votre courage, gardez votre idéal et vous
changerez la politique
Car le grand moteur de la politique, c’est la puissance des idées !
Mes chers amis, on peut arrêter des milliers d’hommes avec des murs, des canons, des barrières,
mais comme disait Victor Hugo « rien n’arrête une idée dont le temps est venu » ! Jamais !
Et c’est votre chance et votre responsabilité d’inventer pour demain les idées qui changeront le
monde, pour le rendre plus juste, plus solidaire, plus humain.
Alors que les socialistes parlent aux socialistes avec des mots du 19ème siècle, le Mouvement
populaire veut s’adresser à tous nos concitoyens et leur parler du 21ème siècle, avec des mots du
21ème siècle !
Un exemple : En 7 ans, les socialistes n’ont produit qu’une seule idée, « innovante » paraît-il : les
primaires ! Et encore, il n’est pas sûr qu’ils soient d’accord !
Ici, en seulement trois jours, vous avez exploré des dizaines d’idées nouvelles !
Et celui qui vous donne cette audace pour repenser le monde ! C’est le Président de la République,
Nicolas Sarkozy !
Rappelez-vous :
Il y a quelques mois, l’Union européenne a su éviter l’effondrement complet de notre système
économique. Pourquoi ?
Parce que le Président de la République qui présidait l’union à ce moment-là, a eu l’audace de
penser « en dehors du cadre » ! En dehors des carcans, des interdits, des dogmes qui nous auraient
conduits directement à l’échec. Parce qu’il a voulu penser librement et convaincre nos partenaires
de se réunir et d’agir collectivement ! Et c’est ainsi que nous avons évité la ruine de nos économies.
Le message du Président, c’est qu’il n’y a pas de fatalité !
Vous avez souvent entendu : « Il n’y a pas de solution, nous avons tout essayé »
Voilà des phrases que certains ont beaucoup répétées depuis trente ans, pour nous amener dans la
situation où nous sommes !
Voilà des phrases que les Français ne veulent plus entendre parce qu’elles sont la négation de la
politique ! Et parce que nous, politiques, nous avons été élus pour trouver des solutions.
Nous devons continuer à faire preuve d’audace pour réinventer un mode de développement durable,
débarrassé des excès de la finance et des pratiques irresponsables qui ont provoqué la crise !
Qui a osé proposer la suppression des paradis fiscaux en Europe et l’imposer au G20 de Londres ?
Nicolas Sarkozy !
Qui a pris l’engagement de créer La contribution climat énergie, pour lutter contre le réchauffement
de la planète ? Nicolas Sarkozy ! Qui a tenu cet engagement, en honorant sa signature au bas de la
Charte de Nicolas Hulot ?
Qui a réussi à convaincre Angela Merkel et Gordon Brown de faire de la limitation des bonus des
traders l’objet principal du prochain G20 de Pittsburgh ? Nicolas Sarkozy !
Toutes ces idées, personne n’aurait cru que notre famille politique les porterait ! Et maintenant que
nous les appliquons, les socialistes font la fine bouche ! Mais où sont leurs arguments ? Où sont
leurs propositions ? Où sont leurs solutions ?
La vérité c’est qu’il ne disent plus rien parce qu’ils ne pensent plus rien !
La vérité c’est qu’ils n’ont pas la même conception que nous de la politique !
Pour eux, avoir des convictions c’est s’accrocher à des idées anciennes, pour nous avoir des
convictions c’est -à partir de nos valeurs- proposer sans cesse des idées nouvelles.
Pour nous, une idée n’est pas d’abord de droite ou de gauche, une idée est vraie ou fausse, juste ou

injuste, efficace ou pas efficace !Vous le savez, il y a parfois dans notre pays, la tentation de la pensée unique, un certain nombre de
tabous et bien, je pense que le Mouvement populaire est fait pour bousculer tout cela !

seignosse11

A l’UMP, nous n’avons pas peur du débat.
La preuve : à Seignosse, chacun a pu s’exprimer librement sur la contribution climat énergie et je
vais vous faire une confidence ; je pense qu’il y a dix ans, ce débat, c’est au PS qu’il aurait eu lieu !
Aujourd’hui c’est chez nous !
C’est nous qui avons lancé le Grenelle de l’environnement ; c’est nous qui avons mis en oeuvre le
bonus/malus sur l’achat de véhicules propres ; c’est nous qui, dès 2010, allons mettre en place la
contribution climat énergie.
Et c’est la France qui sous l’impulsion du Président de la République sera moteur de la conférence
de Copenhague sur le climat à la fin de l’année.
Et je vous ferai une deuxième confidence : à la fin du quinquennat la France sera exemplaire, à la
pointe du combat contre le réchauffement climatique.
Nous n’avons pas peur du débat public, du débat argumenté, du débat de fond. Vous m’avez confié
il y a quelques mois, la responsabilité de notre famille politique. Cette famille est riche de talents,
de personnalités créatives, audacieuses, ambitieuses. C’est une chance. C’est cela aussi
l’enseignement de Seignosse.
Et une de mes premières responsabilités c’est de faire vivre ce collectif, comme nous l’avons fait
pendant le séminaire de l’équipe dirigeante. Je veux ici remercier les ministres, les parlementaires,
les secrétaires nationaux qui nous ont permis d’enrichir notre réflexion et de renforcer notre
cohésion.
Ce campus c’est aussi le succès de l’ouverture. Pendant ces trois jours, nous avons montré que
l’ouverture dépassait et de loin le seul terrain politique. L’ouverture c’est un état d’esprit
permanent, celui d’aller chercher les talents, celui de s’enrichir des idées des autres, celui de
regarder un problème au-dessus des clivages classiques.
Nous avons décidé de lancer de nouveaux débats, nous allons le faire sur le terrain. Parce qu’aux
regards des experts qui sont utiles, j’aime confronter le regard d’autres experts, celui des experts du
terrain.
Alors, pour ces débats qui vont désormais animer la vie de notre mouvement, je vous demande
d’oser l’ouverture :
Ne débattez pas seulement entre vous, ne débattons pas entre nous ! Ne vous contentez pas
d’écouter toujours les mêmes avis, toujours les mêmes personnalités ; invitez à débattre ceux qui ne
pensent pas comme nous, invitez ceux que l’on n’entend pas souvent, on est toujours plus fort de la
confrontation des idées. C’est aussi en faisant de l’ouverture un état d’esprit permanent que nous
changeons la manière de faire de la politique.
Dans tous les domaines nous réfléchirons sans tabous et je vous demande donc de participer
davantage au combat contre les injustices et les inégalités.
Nous n’aurons pas peur de poser la question de la justice et de l’environnement dans le commerce
international ! On ne peut pas accepter sans réagir de laisser entrer sur notre territoire des produits
issus de pays qui pratiquent le travail des enfants ou qui ne respectent aucune norme
environnementale ! Et ce n’est pas seulement une question économique, c’est d’abord une question
morale !
Nous n’aurons pas peur de poser la question de la spéculation financière et de ses ravages sociaux :
est-il normal de laisser des opérateurs spéculer sur les matières premières et d’entraîner de ce fait la
hausse des cours du blé ou du pétrole, jouant avec le pouvoir d’achat voire avec la vie de millions
d’hommes ?
Nous n’aurons pas peur de faire des propositions audacieuses sur le partage des profits et sur les
excès de la gestion purement boursière des entreprises !
En matière de sécurité, nous n’aurons pas peur de poser la question des nouvelles formes de
violence et de délinquance et d’envisager tous les moyens de les combattre, comme par exemple le
développement de la video-protection, sans nous laisser impressionner par les cris de ceux qui n’ont
jamais rien tenté !
Nous n’aurons pas peur de combattre la discrimination scandaleuse qui touche, dans notre pays, des
milliers de personnes malades, qui sont contraintes de mentir sur leur situation personnelle pour
qu’une banque veuille bien leur accorder un prêt.
Nous n’aurons pas peur de poser comme une priorité la question de l’égalité salariale et
professionnelle entre les hommes et les femmes.
Concernant la place des femmes dans les conseils d’Administration, je suis persuadé que nous
devons nous inspirer des mesures appliquées en politique pour la parité. Et je suis arrivé à la
conclusion que si on ne fait pas de la place aux femmes dans les Conseils d’Administration il faudra
en passer par la loi.
Nous n’aurons pas peur enfin d’affirmer que nous voulons clairement avantager les mères de
famille pour les droits à la retraite, tout simplement parce que c’est une mesure juste.
Nous porterons aussi nos regards au-delà des frontières, pour défendre partout le respect des Droits
de l’Homme.
Nous n’aurons pas peur de réclamer avec force la libération d’Aung San Suu Kyi en Birmanie.
Comme le Président de la République, nous n’hésitons pas à affirmer que le peuple iranien n’a pas
les dirigeants qu’il mérite et que le peuple iranien s’est fait voler son vote et sa victoire.
Nous bousculerons tous les préjugés, toutes les idées reçues.
Et pour les bousculer, je fais confiance aux jeunes. Le Mouvement veut faire vivre, Benjamin, les
idées qui sont sorties des ateliers du campus :
• création d’un grand service civique, rémunéré et volontaire.
• TVA à 5,5% sur le disque

• vote des étudiants en cas de blocage des universités par des grévistes minoritaires
Toutes ces questions, nous allons les aborder, de front, dans les mois qui viennent et faire des
propositions au Gouvernement.
La deuxième chose que je voulais vous dire : c’est que le Mouvement populaire sera offensif pour les régionales
Le moment n’est pas venu de lancer la campagne pour les élections régionales. Il y aura un temps
pour cela. Mais ma responsabilité, c’est de préparer le Mouvement, pour qu’il soit en ordre de
marche pour cette échéance importante. Les journalistes me demandent souvent quel objectif je fixe
à notre mouvement. Ma réponse est simple : dans une élection traditionnellement défavorable à la
majorité en place, chaque région reprise à la gauche sera un succès de notre mouvement ! Vousavez déjà désigné 18 chefs de file, vous voterez bientôt pour les 8 autres. L’équipe dirigeant du
Mouvement a déjà désigné notre directeur de campagne nationale et comme on ne change pas une
équipe qui gagne, il s’agit de Franck Riester, député de Seine et Marne.
Avec nos têtes de liste nous appliquerons la méthode qui a fonctionné aux européennes !
Un mouvement, uni, rassemblé, clair sur ses engagements !
Un mouvement cohérent, fort sur ses convictions, qui sait en même temps accepter la diversité.
Un mouvement qui a pour vocation de rassembler autour de la droite et le centre. Rassembler en
respectant les différentes composantes de la majorité.
Comme Secrétaire général du Mouvement Populaire, je souhaite que les candidats à la Présidence
d’une Région, une fois élus, se consacrent totalement à la Présidence de leur Région !
S’agissant de la fiscalité : nous mettrons en évidence l’explosion des impôts dans un grand nombre
de régions socialistes ! Je pense par exemple à la région Languedoc Roussillon ou les socialistes de
Monsieur Frèche, soutien constant de Madame Royal, n’ont pas hésité à augmenter la Taxe
Professionnelle et la taxe foncière de 90 % en 5 ans.
Enfin, nous dirons aux Français une chose simple et logique : pour mettre en oeuvre dans les régions
les investissements du Grand Emprunt, il vaut mieux faire confiance à la Majorité, qui en a eu
l’idée, qu’aux socialistes, qui en contestent déjà la logique !!! Comment voulez-vous qu’ils
appliquent une politique qu’ils désavouent, alors même qu’elle permettra à la France de préparer
son avenir ?
Engagés dans la bataille des idées, engagés dans la batailles des régionales, nous sommes
résolument engagés, Monsieur le Premier Ministre, à vos côtés pour soutenir la politique
courageuse du Gouvernement.
Nous allons d’abord prouver notre sens des responsabilités en accompagnant le gouvernement dans
la réforme des collectivités locales : depuis longtemps j’entends certains dire : jamais des politiques
n’accepteront de diminuer le nombre d’élus locaux pour simplifier notre système de
décentralisation !
Et bien c’est pourtant ce que nous proposons, la réduction d’au moins d’un tiers voire de la moitié,
du nombre de conseillers généraux et régionaux avec la création du conseiller territorial qui les
remplacera ; et là aussi, nous verrons bien si les socialistes savent se montrer à la hauteur !
Nous vous soutiendrons dans l’instauration de la taxe carbone, parce qu’il vaut mieux taxer la
pollution que le travail et prendre les décisions courageuses aujourd’hui pour protéger nos enfants
demain.
Nous vous soutiendrons sur la réforme de la taxe professionnelle car il s’agit de la modernisation de
la France et de tenir les engagements pris devant les Français.
Jeunes Populaires,
en janvier dernier, je m’étais engagé devant vous, avec vous à faire de notre mouvement le parti
politique le plus moderne d’Europe.
En 7 mois, ensemble nous avons démontré que cela était possible.
Nous avons organisé et réussi les primaires pour les régionales
Nous avons gagné les européennes
Nous avons entamé la révolution digitale
Nous allons mener dans les prochaines semaines plusieurs débats essentiels
Et aujourd’hui grâce aux Jeunes Populaires, nous avons fait de ce campus un moment exceptionnel
pour le débat d’idées
Ce que nous sommes en train de faire c’est d’inventer au quotidien une nouvelle manière de faire de
la politique.
Faire de la politique, de manière plus collective
Faire de la politique de manière plus ouverte
Faire de la politique de manière plus moderne
Faire de la politique de manière plus audacieuse et plus créative.
Nicolas Sarkozy par son exemple nous y engage.
Nicolas Sarkozy comme le gouvernement de François Fillon ont besoin de vous.
Vous l’avez compris, mes chers amis, quand vous rentrerez dans vos départements, vous pourrez
affirmer avez fierté « nous sommes les jeunes populaires, nous sommes les créateurs de possibles ».

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :