Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

Hugues HEINRICHLa politique de l’autruche mais pas de réponse, comme d’habitude.

Pour démarrer notre intervention, nous avons fait observer que les investissements effectivement réalisés en 2008 s’élèvent à moins de 80% de ce qui était prévu et adopté par la majorité. Outre le fait qu’on peut s’interroger sur la fiabilité des prévisions que nous a soumise l’année dernière l’équipe municipale, il se trouve qu’on peut aussi lire dans ce résultat une petite technique qui peut permettre de sauver les apparences. En effet, le solde des prévisions d’investissement qui ne se sont pas réalisées sont alors intégrés au résultat du budget principal qu’elles viennent améliorer. Dans le cas d’espèce ce solde pour l’année 2008 est d’un peu moins 6 millions d’euros. Ainsi, puisque le résultat final est un déficit d’environ 2 millions, si les prévisions de la majorité avaient été respectées, les 6 millions auraient été investis et ne se seraient pas ajoutés au résultat. Ce résultat aurait alors été aggravé d’autant, soit un déficit de 2+6 = 8 millions d’euros.

Par la technique employée, l’équipe municipale sauve les apparences, artificiellement on évite le pire et on fait … l’autruche.

Nous avons donc interrogé la majorité pour savoir d’où venait cet écart entre prévisions et réalisations, quelles opérations étaient en retard, pour savoir si on pouvait disposer des échéanciers de dépenses de ces opérations. Aucune réponse ne nous a été apportée, nous laissant penser que tout ça n’avait que cet objectif de préserver les apparences du résultat des comptes qu’on nous demandait d’adopter.


La municipalité s’engage volontairement dans une impasse budgétaire et met en jeu l’avenir

Le constat est simple : les recettes réelles de fonctionnement baissent (-7% entre 2007 et 2008), les dépenses réelles de gestion, elles, augmentent (+10% entre 2007 et 2008). Résultat : l’épargne est en sévère baisse (de plus de 80% entre 2007 et 2008). Le taux d’épargne est d’ailleurs vertigineusement tombé de 17% à 2.5% entre 2007 et 2008 !

Il faut combiner ce constat avec l’incapacité de la Ville à contracter de nouveaux emprunts (l’endettement par habitant reste très au-dessus de toutes les moyennes des villes équivalentes, comme nous l’avons déjà montré), dont d’ailleurs Denis GARCIA a apporté la démonstration simple et efficace en séance même.

Au total : la municipalité ne met rien de coté et les années qui viennent ne lui permettront pas d’emprunter à nouveau. Alors comment fera-t-elle à l’avenir ? quelles perspectives cette politique budgétaire peut-elle apporter à Haguenau en rendant impossibles de nouveaux investissements maîtrisés ?

C’est le blocage, c’est l’impasse !

Le maire s’emporte mais ne répond pas.

Au moment d’analyser le compte administratif de la chaufferie bois, nous avons démontré que les résultats de l’année 2007 pris en compte dans la délibération qui nous était soumise ne sont pas ceux de la délibération de l’année dernière qui valide les comptes 2007.

En effet, les montants sont sans appels :

Délibération du 25 juin 2008 approuvant les comptes 2007

Délibération proposée en séance du 24 juin 2009

Résultat 2007 Investissement

-6.235

-18.680,69

Résultat Fonctionnement 2007

+41.703,51

+41.703,51

Résultat total

35.468,51

+23.022,82

On peut en conclure qu’en regard de la délibération qui est sensée faire foi, celle de juin 2008 qui validait les comptes 2007 il y a un an, des montants sont faux dans la délibération qui nous a été présentée ce 24 juin 2009.

Partant, nous avons fait connaître nos interrogations pour savoir si d’autres chiffres ailleurs seraient erronés, si oui lesquels ? bref, le doute planait sur l’ensemble ? qu’est-ce qui est juste ? qu’est-ce qui est faux ? d’où un questionnement sur la sincérité (notion budgétaire de finances publiques) des comptes présentés au Conseil municipal.

Le maire s’est emporté dans une colère peu contenue mais, malheureusement, il ne nous a fourni aucune explication aux écarts mis en évidence. Il a essayé d’allumer une espèce de contre-feu pour détourner le débat en tentant de nous accuser d’on ce quel propos ? (parler librement en Conseil municipal serait devenu interdit ?).

Le maire a même prétendu avoir connaissance des écarts constatés.

Ce n’est pas pour autant qu’il a daigné s’expliquer, nous n’en valons sans doute pas la peine et les Haguenoviens que nous représentons non plus. C’est la méthode nouvelle de ce mandat qui dure depuis notre première séance du Conseil municipal : la majorité ne répond pas sur le fond.


Au final, les non réponses de la majorité nous empêchent de prendre part au vote

Tous les points que nous avons évoqués en séance et que vous avez pu lire ayant été comme ignorés par le maire et son équipe, nous avons été laissés dans l’incompréhension et le mépris.

Nous n’avions absolument aucun élément de leur part pour prendre valablement position dans ce vote, ils nous ont empêchés de pouvoir nous prononcer. Nous étions par conséquent contraints par eux de ne pas participer au vote pour dénoncer cette méthode et respecter honorablement le mandat que nous ont confié une majorité des électeurs haguenoviens.


ZAC Thurot : des sous pour acheter mais pas d’idée

Nous tenons à encourager le développement de ce projet. C’est la raison pour laquelle nous avons voté pour le principe de l’acquisition des terrains de ce site.

Pour autant nous avons questionné le maire sur l’existence d’un projet. La réponse est que non, la Ville n’aurait pas de projet.

Evidemment, au moment de s’apprêter à acheter, le bon sens populaire aurait sans doute voulu qu’on sache ce qu’on ferait cet énorme site, stratégique en plus comme tous les Haguenoviens le savent.

Bon, pas dans le cas d’espèce, pas d’idée. On ne nous en dira pas davantage, pas même au sein de notre assemblée.


Hugues HEINRICH

Conseiller Municipal de HAGUENAU

Groupe « Audace et Convictions pour Haguenau »
http://www.hugues-heinrich.com/

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :