Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

LAVIGNE Maxime DC

Délégué UMP de la 6e circonscription du Bas-Rhin, Maxime LAVIGNE livre son point de vue sur le Conseil unique d’Alsace.

« Le 7 avril prochain, les Alsaciens seront appelés aux urnes pour approuver le projet de conseil territorial d’Alsace, qui naîtra de la fusion en une entité unique des conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et de la Région Alsace.

Par son histoire, sa culture et ses caractéristiques géographiques, l’Alsace a toujours su faire de sa singularité une richesse. Ce sont d’ailleurs toutes ces spécificités qui font que nous sommes si attachés à notre région : nous l’aimons pour ses forces et tout autant, confessons-le, pour ses faiblesses.

Nous sommes aujourd’hui invités à asseoir encore d’avantage ce statut si particulier qui caractérise notre région. À l’heure où le monde est en perpétuelle évolution, le projet soumis à nos suffrages porte en lui les germes d’une Alsace plus forte, plus dynamique et plus efficace.

Plus forte, car l’union a toujours été un atout et que, rassemblés, les Alsaciens sauront faire face aux défis que nous impose, notamment, la crise économique actuelle. Ils pourront mieux rivaliser avec les régions voisines, françaises et frontalières.

Plus dynamique, car l’organisation nouvelle que nous serons appelés à approuver nous permettra de gagner en cohérence et de porter d’une voix unanime des projets d’ensemble, sans pour autant négliger la nécessaire proximité entre les élus et leurs concitoyens.

Plus efficace, enfin, car la fusion des collectivités aboutira à la suppression de strates surabondantes qui sont sources de dépenses inutiles, qui retardent les prises de décisions et, souvent, entravent les démarches des Alsaciens, de leurs entreprises et de leurs associations.

Le 7 avril prochain, la question qui sera posée aux Alsaciens ne sera ni politique, ni partisane. Elle ne portera que sur l’avenir de l’Alsace et sa place en France et dans le monde. Parce que nous aimons notre région, nous ne pouvons laisser échapper une chance unique dont personne ne peut dire quand elle se représentera. Parce que nous croyons en son avenir, nous ne saurions nous défausser et laisser d’autres décider, demain, de notre destin.

Le 7 avril, sans complexe et sans hésitation, parce que j’ai foi en l’Alsace et en mon avenir, je donnerai à ma région un oui de conviction !

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :