Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

Les adhérents de la 7ème circonscription se sont réunis autour de leur député Patrick Hetzel le samedi 13 octobre à Imbsheim pour une rencontre militante conviviale.

Patrick Hetzel introduit la séance en remerciant les participants d’être venus aussi nombreux. En novembre, au sein de notre mouvement chaque adhérent sera amené à se prononcer pour élire son président et choisir une des motions proposées pour le Congrès, qui correspondent à des sensibilités au sein de l’UMP. Le détail de ces 6 motions sera adressé à chaque adhérent pour qu’il puisse, s’il le souhaite, faire son choix.

Concernant l’actualité politique nationale, le député constate que le Gouvernement est dans l’impréparation totale. Le seul réel programme socialiste est de détricoter ce qui a été fait par le Gouvernement précédent. La défiscalisation des heures supplémentaires en est un exemple.

Par ailleurs, on observe que l’impopularité du nouveau Gouvernement croit à un rythme jamais observé auparavant, y compris celle du chef de l’Etat.

Patrick Hetzel présente également son point de vue de parlementaire avec notamment la Loi de finances 2013 pour laquelle le Gouvernement fait des propositions qui reposent sur 1/3 de réductions de dépenses et 2/3 de taxes alors qu’il faudrait inverser ce rapport. Le Gouvernement sera amené à mettre ne place la TVA sociale (en la nommant autrement.)… Il cite aussi en exemple de taxation, l’augmentation des droits d’accise sur la bière pour laquelle la mobilisation des parlementaires Alsaciens et du Nord, toutes tendances confondues, est forte.

L’UMP essaie de se faire entendre pour arrêter la logique « anti-entrepreneurs » actuelle, alors qu’au contraire, un choc de compétitivité est nécessaire. Cette semaine, Patrick Hetzel a d’ailleurs proposé une vingtaine d’amendements en faveur de l’entreprise.

Par ailleurs, des sujets sociétaux, importants mais pas prioritaires, sont actuellement mis en avant, avec notamment la question du mariage homosexuel, adossé à la question de l’adoption. De même, la refonte de l’école  sera examinée au plus tard en janvier 2013. D’ores et déjà un groupe de travail UMP s’y prépare.

Parallèlement à cette situation plutôt morose, de bonnes nouvelles nous viennent de l’intérieur de notre mouvement où l’on observe une dynamique. Concernant les candidats à la présidence de l’UMP, il reste désormais deux candidats: Jean-François Copé et François Fillon. Si la procédure de désignation a été un peu compliquée et reste à améliorer, il n’y a pas, contrairement à ce que diffuse un certain nombre de médias, de guerre des chefs.

Jean-Marie Lansac, délégué UMP de la Circonscription de Saverne, précise le mode d’organisation de l’élection et invite les adhérents à s’intéresser aux motions proposées. Le député informe l’assistance qu’il ne voulait pas signer de motion dans un premier temps puis finalement, le processus étant engagé, il a apporté son soutien à la motion de la droite sociale de Laurent Wauquiez, dont le principal accent porte sur les classes moyennes qui doivent être prioritaires et sur le positionnement par rapport à l’assistanat.

Pour une bonne information sur ces motions, la fédération UMP du Bas-Rhin propose, le lundi 29 octobre au soir, une rencontre de présentation de l’ensemble des motions.

Jean Marie Lansac constate les revirements par rapport à M. Hollande ainsi que des réactions positives par rapport à l’UMP qui continue à enregistrer de nouvelles adhésions.

Sur le calendrier de notre mouvement, voici les principales dates :

– 19 octobre à 18h30 : François Fillon,  à Meyenheim (salle polyvalente).

– 29 octobre à 19h30 : rencontre de présentation des motions, Salle du Cercle , 2 rue de l’Eglise à Bischheim.

– 5 novembre à 20h: rencontre des jeunes actifs, à Strasbourg

– 10 novembre à partir de 19h : fête départementale, au Dôme de Mutzig

– 16 novembre, à 19h : accueil des nouveaux adhérents au Parlement européen.

– 18 novembre : congrès UMP. 2 bureaux de vote seront organisés sur la circonscription de Saverne avec une répartition par canton : les adhérents des cantons de Sarre-Union, Drulingen et La Petite Pierre iront voter à la Permanence à Sarre-Union (14 rue de Phalsbourg) ; ceux des cantons de Saverne, Hochfelden, Bouxwiller et Marmoutier iront voter à la permanence de Saverne (9 rue de la gare).

Le résultat du vote sur les 6 motions permettra de connaître l’importance de chaque sensibilité au sein de l’UMP et devra être pris en compte dans les choix du parti. Il donnera par ailleurs, proportionnellement aux résultats obtenus, des moyens financiers aux différentes sensibilités. Il faudra toutefois éviter que cela ne détermine la répartition sur les listes électorales comme le font les socialistes. Il ne faut pas aller dans cette direction.

Pour les jeunes, le RPR et l’UDF ne veulent rien dire. Le débat interne se situe sur d’autres bases. Les idées évoluent. Une équité démocratique par rapport aux thèmes est souhaitable. Le fonctionnement par motion est un bon outil pour faire remonter les idées des adhérents. La richesse de l’UMP est d’avoir pu rassembler.

Jean-Marie Lansac propose qu’une note explicative soit diffusée en version papier.

Sur la question du front national, il s’agit d’un programme qui attire en période de crise. L’enjeu est de montrer que sur certains thèmes, nous n’avons pas la même vision politique. Actuellement, le FN n’a pas de groupe à l’Assemblée nationale (uniquement 2 élus). Il faut être extrêmement prudent.

La problématique des personnes âgées est posée. Le député constate que le gouvernement fonctionne par cibles et les retraités en font partis. Il a besoin de trouver de nouvelles ressources ; on taxe tout azimut. La question de la dépendance n’est plus abordée.

Les échanges avec l’assistance permettent de mesurer l’inquiétude sur la situation globale et notamment par rapport à la dette qui a certes progressé mais qui existait déjà avant ce Gouvernement. La nécessité d’un effort collectif est globalement partagée

Emile Blessig soulève la question du débat sur la collectivité unique : le mouvement ne peut-il apporter sa pierre dans ce débat qui pour l’heure se cantonne aux discussions entre collectivités ? Au niveau national, si l’expérimentation alsacienne est encouragée, la généralisation de collectivités uniques n’est pas souhaitée, avec notamment un risque politique pour la droite.

Sur les questions économiques, ne serait-il pas possible d’imposer de produire en Europe ? En l’état actuel des textes européens, la réponse est non. Toutefois, Patrick Hetzel insiste sur la nécessité d’une harmonisation sociale et fiscale européenne. Il faut faire évoluer les lois au niveau européen et ne pas être plus dogmatique que les Américains qui imposent des conditions très protectionnistes.

Jean-Marie Lansac et Patrick Hetzel remercient chaleureusement la cinquantaine de participants pour les échanges riches et intéressants et les invitent à poursuivre les discussions autour d’un verre.

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :