Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

Député UMP de la 3e circonscription du Bas-Rhin, André Schneider fait partie de ces élus qui ont toujours intégré la défense de l’environnement dans leur action politique. Nous reprenons ici un article paru sur son site de campagne.

Certains découvrent les problèmes de l’environnement, mais vous non. Pouvez-vous nous en dire plus ?

André Schneider : D’abord, l’environnement ne se découvre pas. C’est là où nous vivons. En effet, dès 1977, à Hoenheim, j’attachais de l’importance à l’environnement et au cadre de vie à. Oui, en plus de l’éducation, j’étais l’adjoint au Maire chargé de l’environnement et du cadre de vie mais aussi des jardins ouvriers. J’étais un des pionniers en Alsace à cette époque.

J’ai eu à cœur de défendre l’environnement et de favoriser l’accès à la nature et aux espaces verts pour tous. Renouer les liens entre l’homme et la nature, en quelque sorte.

C’est la raison pour laquelle que j’ai aussi défendu nos deux poumons verts de la commune. La Rue de la Fontaine et la Vogelau. Dès cette époque, nous avions adopté « un pacte » : ne pas urbaniser ces espaces !

Député, vous avez poursuivi votre engagement en la matière.

André Schneider : Oui ! D’abord parce qu’en voyageant, dans beaucoup de pays en Europe et en Afrique, j’ai encore plus pris conscience de l’impact de l’homme sur la nature, de ses conséquences et de donc l’importance de préserver les richesses naturelles – dont l’eau, les forêts.

J’ai aussi pris part aux débats les plus importants à l’Assemblée Nationale, ainsi qu’au Grenelle de l’Environnement. En 2008, j’ai présenté et cosigné 180 amendements sur le paquet Energie-Climat.

J’ai présenté plusieurs rapports dont un sur la navigation sur le Rhin qui tenait compte des atteintes à l’environnement et visait à les empêcher et les condamner.

Récemment, j’ai présenté avec mon collègue, Philippe Tourtelier, député PS d’Ille-et-Vilaine un rapport sur les dangers géostratégiques du réchauffement climatique.

Nous avons montré que nous pouvons travailler ensemble sur des sujets sensibles. En effet, la dégradation des ressources en eau potable, la baisse de la production des produits alimentaires de bases, l’augmentation des dérèglements (tempêtes, inondations) ou encore les migrations climatiques sont autant de facteurs qui montrent comment des conséquences directes du changement climatique pourraient avoir des conséquences graves.

La défense de l’environnement vous tient à cœur. Ce n’est donc pas un sujet de gauche ?

André Schneider : Il n’y a pas « l’Homme » de droite, « l’Homme » de gauche. Il y a « l ’Homme » ! Oui, nous devons agir pour transmettre notre planète à nos enfants dans le meilleur état possible. Oui, Il faut savoir dépasser les clivages et mesurer l’impact de toutes les décisions.

Oui, j’ai démontré que je savais m’engager sur ce sujet et je continuerais. Nous devons initier des politiques fortes, responsables et durables :

–       En matière d’économie d’énergie d’abord : cela passe par des politiques de soutien au renouvellement de l’habitat ancien.

–       En matière d’aides à la recherche et au développement d’énergies non polluantes

–       En matière d’aides à l’évolution des comportements éco-responsables (moins d’emballages, moins de déchets, …)…

Vous le voyez, j’ai plein d’idées sur le sujet et je les défendrai à l’Assemblée Nationale comme je l’ai toujours fait.

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :