Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

Réunis le 5 mai 2011 autour du Député Alain FERRY et de Madame Christine MORITZ, qui dirigea jusque très récemment la Maison de Retraite de LUTZELHOUSE, au cœur de notre territoire, les militants UMP de la 6e circonscription du Bas-Rhin ont débattu du thème de la dépendance et des modalités de la réforme discutée depuis le début du mois de février 2011 par les parlementaires.

Après avoir établi, sur la base de faits concrets mis en exergue par Madame MORITZ, un constat réaliste des inquiétudes et des besoins qui se font chaque jour plus prégnants en matière de dépendance, les participants se sont principalement penchés sur quelques-unes des solutions pratiques qui mériteraient d’être mises en œuvre et sur leur financement.

Au-delà des solutions partagées par tous et évoquées quotidiennement, nombre de suggestions ont été formulées pour parvenir tout à la fois à un meilleur encadrement des personnes dépendantes et à un financement juste et équitable du cinquième risque que le Président de la République a souhaité voir créer prochainement.

S’agissant du cursus d’études de nos futurs médecins, il a pu être regretté que celui-ci ne comporte pas de module obligatoire portant spécialement sur la gériatrie, afin qu’ils puissent répondre au mieux aux attentes de leurs futurs patients. Parallèlement, la dévalorisation du statut d’infirmière semble peser lourd dans le fonctionnement des établissements d’accueil de personnes âgées, et le décalage croissant avec la situation des infirmières libérales a, lui aussi, été mis en avant.

Mais c’est bien d’avantage encore l’anticipation et la prévention qui ont donné lieu à de nombreuses interventions. En premier lieu, élus et professionnels ont évoqué de trop nombreuses insuffisances dans la coordination et l’organisation des parcours, qui doivent impérativement tenir compte d’avantage encore de la situation particulière de chaque personne. Les degrés de dépendance apparaissent, en effet, bien assez variables pour que la situation de chacun soit évaluée de manière plus individuelle, et pour que la réponse fournie soit adaptée le plus précisément possible au degré d’encadrement requis. D’un maintien à domicile, le cas échéant avec un accompagnement hebdomadaire ou quotidien, à l’accueil en structure médicalisée, en passant par les « résidences séniors », la palette des possibilités semble suffisamment large pour, demain, y parvenir.

De la même manière, et plus particulièrement dans les zones rurales, certains élus présents ont appelé de leurs vœux le développement et la multiplication des activités et dispositifs favorisant le lien social et le lien intergénérationnel : vie associative,  création systématique en milieu rural de services « animations aînés » calqués sur nos « animations jeunesses », organisation de l’accès aux commerces et autres rencontres sont autant de moyens de lutter contre l’isolement et de maintenir nos aînés dans un cercle vertueux. Bien souvent, on observe en effet une forme de « décrochage » pour celles et ceux qui rencontrent la solitude, et qui basculent alors rapidement vers une dépendance accrue.

Plus généralement, à la lumière notamment des interventions des Conseillers Généraux présents, tous se sont accordés sur la nécessité de multiplier les solutions et les moyens d’intervention : nouvelles technologiques, maintien à domicile, vie associative, création dans nos communes de quartiers ou espaces entièrement dédiés aux personnes dépendantes, ou développement de différents degrés de médicalisation des établissements d’accueil sont autant de leviers qu’il nous faudra actionner simultanément.

Enfin, s’agissant du financement de ce « risque nouveau », tous se sont accordés sur la nécessité d’une plus grande prise en compte des revenus des bénéficiaires s’agissant de l’attribution de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), servie par les Conseils Généraux, et sur une évolution vers un système d’assurance privée tel qu’il est pratiqué par nos voisins allemands.

Cette soirée riche en échanges s’est poursuivie autour du verre de l’amitié, un moment convivial qui a permis aux participants d’évoquer et d’échanger sur le bilan du Président de la République après quatre années passées à l’Elysée. Quatre années d’actions et de réformes au service des Français !

240051_10150184307168442_526058441_6759959_5014794_o.jpg

Maxime LAVIGNE, Délégué de la 6ème Circonscription

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :