Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

jl_stadler2010-03-1812805

Dans le cadre de la campagne des élections régionales 2010, Philippe Richert, candidat de la Majorité alsacienne, a tenu hier soir le dernier grand meeting électoral au Palais de la Musique et des Congrès à Strasbourg, en présence de François Fillon, le Premier Ministre, d’Arlette Grosskost, tête de liste départementale et de l’ensemble de leurs colistiers.

Cette soirée fait du 18 mars 2010 une date clé, un tournant dans la campagne. La salle Schweitzer était bondée.

Plus d’un millier de militants et sympathisants se sont rassemblés, complètement survoltés.

A la veille du 21 mars 2010, ils se sont tous mobilisés pour soutenir Philippe Richert. Il y a parmi eux des militants, ceux sans qui la campagne ne serait pas, des élus qui parcourent le territoire, mais aussi des électrices et électeurs de tous les âges venus envoyer un signe fort et porter Philippe Richert vers la victoire.

Ensemble, ils ont adressé un message à toute l’Alsace.

Un message de rassemblement, de mobilisation, de détermination.

jl_stadler2010-03-1812750_copy

Seul orateur avant le Premier ministre, Philippe Richert fait le bilan d’une « campagne longue, dure et froide ».

Une campagne animée par un programme que l’on retrouve sur ce site et portée par les valeurs fortes qui font la spécificité alsacienne : le sens du travail ou justement, cette fierté d’être alsacien.

Une Alsace rayonnante et ambitieuse

Face à l’alliance des Verts et du PS, face à l’opacité d’un programme dont on ne connait finalement le vrai contenu et les promesses cachées, le discours de Philippe Richert est, comme à son habitude celui de la franchise, de la transparence et de l’engagement.

Tout cela au service de 3 défis majeurs.

Le développement de l’emploi et de la croissance : avec pour souci légitime de venir en aide aux Alsaciens, aux entreprises, aux artisans, aux agriculteurs qui souffrent et de soutenir dynamiquement l’investissement, la formation et l’innovation en Alsace.
Le rayonnement de l’Alsace : avec la nécessité de faire de l’Alsace une région capitale en Europe, une « Silicon Valley » dynamique, conquérante innovante tout en inscrivant cet objectif dans le respect de l’héritage culturel alsacien.
L’environnement : avec l’envie de défendre les espaces naturels, la nappe phréatique, les espèces, du crapaud vert au grand hamster, mais sans jamais oublier l’homme afin de mettre la croissance et la qualité de vie en phase avec le développement durable de chacun.

Tout cela loin des pensées dogmatiques des écologistes de salon ou de celles de Martine Aubry, qui rêve d’accrocher le trophée « Alsace » à son tableau de chasse électoral.

Fillon

Le Premier ministre est venu hier tenir un langage fort est clair.

 » J’aime Strasbourg et je crois en l’Alsace « 

Il fustige à juste titre une première secrétaire du PS qui d’un côté donne des leçons de morale et de l’autre, s’en va soutenir Georges Frêche au second tour des élections régionales en Languedoc-Roussillon.

Mais c’est d’Alsace, d’Europe et de France qu’il parle avant tout.

Un hommage à Adrien Zeller, avocat inlassable et régionaliste ambitieux ponctue l’intervention « J’aime Strasbourg et je crois en l’Alsace » poursuit le Premier ministre, mentionnant ainsi la personnalité de Philippe Richert comme celle d’un homme de cœur au service de la clarté et de l’efficacité politique.

Conscient de tout le travail qui reste à accomplir pour la France et l’Alsace, François Fillon tient un discours de franchise : « nous n’avons pas tout réglé ni même tout réussi, mais nous avons respecté nos engagements. Et aujourd’hui, nous avons une priorité absolue qui exige une mobilisation collective, c’est la reprise économique. Il faut ensemble, État et Régions, investir à fond dans l’avenir ».

Une volonté forte qu’il oppose à celle de l’alliance rose, vert et des nostalgiques du drapeau rouge, rappelant que les alliances de circonstance et d’entre deux tours débouchent sur l’immobilisme…

« Je vous invite à calmer les ardeurs d’une opposition qui devrait d’abord parler des régionales et d’abord nous aider à sortir de la crise, car les rêves présidentiels du parti socialiste ne sont pas la priorité des Français » précise-t-il justement.

Rétablir la sécurité et l’autorité morale

L’appel à la mobilisation collective est reçu. Si la France est l’un des pays qui a le mieux géré la crise, il faut retrouver maintenant le chemin de la croissance. La baisse des charges passe désormais par une baisse des dépenses publiques, une modernisation des institutions et une optimisation des services des collectivités

L’insécurité dans le cadre du respect du pacte républicain est aussi un engagement fort du Gouvernement.

Pour François Fillon, il faut mettre fin aux bandes qui terrorisent les quartiers, les établissements scolaires et clairement rétablir l’autorité et la responsabilité morale.

Dans un autre registre, la défense de l’idée républicaine passera par le dépôt d’une loi contre le voile intégral.

jl_stadler2010-03-1813162

François Fillon parle avec des mots justes, la salle reçoit son discours.

Il invite les Alsaciens à se battre encore comme eux seuls savent le faire.

« Le progrès réclame des choix, des efforts, du courage (..) Nous sommes debout.

Soyez généreux, audacieux, conquérants » lance-t-il à la foule.

Le message est reçu 5 sur 5.

Dimanche 21 mars, mobilisez-vous pour soutenir Philippe Richert et votez pour la majorité alsacienne.

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :