Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

La suppression, à partir du 1 er septembre 2012, du dispositif d’exonération de cotisation des heures supplémentaires permis par la loi Tepa, pour Travail, emploi, pouvoir d’achat, a eu ses premiers effets sur de nombreux salariés alsaciens : une baisse de salaire de 3 à 7 %.

Cette suppression, l’une des premières mesures du Gouvernement Hollande, pénalise celles et ceux qui travaillaient plus pour gagner plus. Elle les frappe au moment où une hausse des prix des matières premières vient aussi faire augmenter le prix des produits de consommation courante

L’UMP du Bas-Rhin y voit le symbole du fossé qui sépare la vie quotidienne des salariés et les utopies portées par le programme économique du Parti Socialiste. Le social ne passe pas par le socialisme !

Le regain de compétitivité et la création d’emplois passent par une défense de la liberté d’entreprendre et une baisse du coût du travail. Toute autre voie est aujourd’hui un frein à la vitalité économique alsacienne.

L’UMP du BAS-RHIN

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :