Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

Alsace ligne bleue des Vosges

Déclaration commune des élus de la Majorité alsacienne

Strasbourg, le 21 juillet 2014

A la suite des derniers rebondissements de la Loi sur la réforme territoriale et du coup de force de la majorité parlementaire socialiste, les élus de la majorité alsacienne expriment leur opposition la plus totale à une vision purement technocratique et déconnectée des bassins de vie de nos populations.

Cette vision impose à l’Alsace une fusion avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, créant de ce fait un territoire plus grand que la Belgique ou la Suisse et conduisant à la création d’une collectivité ingérable où les prises de décisions seront, plus que jamais, éloignées du terrain.

Alors que les élus alsaciens ont tenu à dialoguer avec pragmatisme avec le Gouvernement sur la réforme territoriale, les dernières propositions du Gouvernement et le débat à l’Assemblée nationale ont, au contraire, révélé que l’Alsace n’était considérée que comme la variable d’ajustements d’arrangements politiciens.

Soucieux de la proximité avec nos concitoyens, de l’efficacité de l’action publique, de la compétitivité de l’Alsace et de son rayonnement au sein du bassin rhénan, nous défendons avec force les intérêts de l’Alsace et le statut de capitale européenne de Strasbourg.

En effet, il s’agit de mener une véritable réforme de fond de notre organisation territoriale et non pas de construire une méga-région qui constitue en réalité une régression de la décentralisation.

L’Alsace est prête à être, une nouvelle fois, une terre d’expérimentation en matière de gestion publique comme elle a su le montrer par le passé et peut témoigner de sa capacité d’innovation quant à son organisation territoriale.

Cette déclaration est en soutien de l’initiative prise par le Maire de Mulhouse qui vient de lancer une pétition appelant les Alsaciens à prendre leur destin en main.

Nous appelons à la mobilisation des forces vives et de l’ensemble des citoyens d’Alsace afin que le débat parlementaire qui se poursuivra au Sénat et à l’Assemblée Nationale prenne enfin en compte la voix de l’Alsace.

Jean-Marie BOCKEL, Françoise BOOG, Jean-Louis CHRIST, Laurent FURST,  Francis GRIGNON,  Arlette GROSSKOST, Antoine HERTH,  Patrick HETZEL,  Francis HILLMEYER,
Fabienne KELLER,  Guy-Dominique KENNEL, André REICHARDT, Frédéric REISS, Jean-Luc REITZER, Philippe RICHERT, Sophie ROHFRITSCH, André SCHNEIDER, Esther SITTLER, Michel SORDI,  Eric STRAUMANN, Claude STURNI, Catherine TROENDLE

 

Pour consulter et signer la pétition: http://www.petition-alsace.fr

 

 

Déclaration commune des élus de la majorité alsacienne

Strasbourg, le 21 juillet 2014

A la suite des derniers rebondissements de la Loi sur la réforme territoriale et du coup de force de la majorité parlementaire socialiste, les élus de la majorité alsacienne expriment leur opposition la plus totale à une vision purement technocratique et déconnectée des bassins de vie de nos populations.

Cette vision impose à l’Alsace une fusion avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, créant de ce fait un territoire plus grand que la Belgique ou la Suisse et  conduisant à la création d’une collectivité ingérable où les prises de décisions seront, plus que jamais, éloignées du terrain.

Alors que les élus alsaciens ont tenu à dialoguer avec pragmatisme avec le Gouvernement sur la réforme territoriale, les dernières propositions du Gouvernement et le débat à l’Assemblée nationale ont, au contraire, révélé que l’Alsace n’était considérée que comme la variable d’ajustements d’arrangements politiciens.

Soucieux de la proximité avec nos concitoyens, de l’efficacité de l’action publique, de la compétitivité de l’Alsace et de son rayonnement au sein du bassin rhénan, nous défendons avec force les intérêts de l’Alsace et le statut de capitale européenne de Strasbourg.

En effet, il s’agit de mener une véritable réforme de fond de notre organisation territoriale et non pas de construire une méga-région qui constitue en réalité une régression de la décentralisation.

L’Alsace est prête à être,  une nouvelle fois, une terre d’expérimentation en matière de gestion publique comme elle a su le montrer par le passé et peut témoigner de sa capacité d’innovation quant à son organisation territoriale.

Cette déclaration est en soutien de l’initiative prise par le Maire de Mulhouse qui vient de lancer une pétition appelant les Alsaciens à prendre leur destin en main.

Nous appelons à la mobilisation des forces vives et de l’ensemble des citoyens d’Alsace afin que le débat parlementaire qui se poursuivra au Sénat et à l’Assemblée Nationale prenne enfin en compte la voix de l’Alsace.

Jean-Marie Bockel Françoise Boog Jean-Louis
Christ
Laurent Furst Francis Grignon Arlette Grosskost
Antoine Herth Patrick Hetzel Francis Hillmeyer
Fabienne Keller Guy-Dominique Kennel André Reichardt
Frédéric Reiss Jean-Luc Reitzer Philippe Richert
Sophie Rohfritsch André Schneider Esther Sittler
Michel Sordi Eric Straumann Claude Sturni
Catherine Troendle

 

Pour consulter et signer la pétition: http://www.petition-alsace.fr/

– See more at: http://depute-claudesturni.fr/arretons-de-subir#sthash.KeowMcHX.TreuKobs.dpuf

Déclaration commune des élus de la majorité alsacienne

Strasbourg, le 21 juillet 2014

A la suite des derniers rebondissements de la Loi sur la réforme territoriale et du coup de force de la majorité parlementaire socialiste, les élus de la majorité alsacienne expriment leur opposition la plus totale à une vision purement technocratique et déconnectée des bassins de vie de nos populations.

Cette vision impose à l’Alsace une fusion avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, créant de ce fait un territoire plus grand que la Belgique ou la Suisse et  conduisant à la création d’une collectivité ingérable où les prises de décisions seront, plus que jamais, éloignées du terrain.

Alors que les élus alsaciens ont tenu à dialoguer avec pragmatisme avec le Gouvernement sur la réforme territoriale, les dernières propositions du Gouvernement et le débat à l’Assemblée nationale ont, au contraire, révélé que l’Alsace n’était considérée que comme la variable d’ajustements d’arrangements politiciens.

Soucieux de la proximité avec nos concitoyens, de l’efficacité de l’action publique, de la compétitivité de l’Alsace et de son rayonnement au sein du bassin rhénan, nous défendons avec force les intérêts de l’Alsace et le statut de capitale européenne de Strasbourg.

En effet, il s’agit de mener une véritable réforme de fond de notre organisation territoriale et non pas de construire une méga-région qui constitue en réalité une régression de la décentralisation.

L’Alsace est prête à être,  une nouvelle fois, une terre d’expérimentation en matière de gestion publique comme elle a su le montrer par le passé et peut témoigner de sa capacité d’innovation quant à son organisation territoriale.

Cette déclaration est en soutien de l’initiative prise par le Maire de Mulhouse qui vient de lancer une pétition appelant les Alsaciens à prendre leur destin en main.

Nous appelons à la mobilisation des forces vives et de l’ensemble des citoyens d’Alsace afin que le débat parlementaire qui se poursuivra au Sénat et à l’Assemblée Nationale prenne enfin en compte la voix de l’Alsace.

Jean-Marie Bockel Françoise Boog Jean-Louis
Christ
Laurent Furst Francis Grignon Arlette Grosskost
Antoine Herth Patrick Hetzel Francis Hillmeyer
Fabienne Keller Guy-Dominique Kennel André Reichardt
Frédéric Reiss Jean-Luc Reitzer Philippe Richert
Sophie Rohfritsch André Schneider Esther Sittler
Michel Sordi Eric Straumann Claude Sturni
Catherine Troendle

 

Pour consulter et signer la pétition: http://www.petition-alsace.fr/

– See more at: http://depute-claudesturni.fr/arretons-de-subir#sthash.KeowMcHX.TreuKobs.dpuf

Déclaration commune des élus de la majorité alsacienne

Strasbourg, le 21 juillet 2014

A la suite des derniers rebondissements de la Loi sur la réforme territoriale et du coup de force de la majorité parlementaire socialiste, les élus de la majorité alsacienne expriment leur opposition la plus totale à une vision purement technocratique et déconnectée des bassins de vie de nos populations.

Cette vision impose à l’Alsace une fusion avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, créant de ce fait un territoire plus grand que la Belgique ou la Suisse et  conduisant à la création d’une collectivité ingérable où les prises de décisions seront, plus que jamais, éloignées du terrain.

Alors que les élus alsaciens ont tenu à dialoguer avec pragmatisme avec le Gouvernement sur la réforme territoriale, les dernières propositions du Gouvernement et le débat à l’Assemblée nationale ont, au contraire, révélé que l’Alsace n’était considérée que comme la variable d’ajustements d’arrangements politiciens.

Soucieux de la proximité avec nos concitoyens, de l’efficacité de l’action publique, de la compétitivité de l’Alsace et de son rayonnement au sein du bassin rhénan, nous défendons avec force les intérêts de l’Alsace et le statut de capitale européenne de Strasbourg.

En effet, il s’agit de mener une véritable réforme de fond de notre organisation territoriale et non pas de construire une méga-région qui constitue en réalité une régression de la décentralisation.

L’Alsace est prête à être,  une nouvelle fois, une terre d’expérimentation en matière de gestion publique comme elle a su le montrer par le passé et peut témoigner de sa capacité d’innovation quant à son organisation territoriale.

Cette déclaration est en soutien de l’initiative prise par le Maire de Mulhouse qui vient de lancer une pétition appelant les Alsaciens à prendre leur destin en main.

Nous appelons à la mobilisation des forces vives et de l’ensemble des citoyens d’Alsace afin que le débat parlementaire qui se poursuivra au Sénat et à l’Assemblée Nationale prenne enfin en compte la voix de l’Alsace.

Jean-Marie Bockel Françoise Boog Jean-Louis
Christ
Laurent Furst Francis Grignon Arlette Grosskost
Antoine Herth Patrick Hetzel Francis Hillmeyer
Fabienne Keller Guy-Dominique Kennel André Reichardt
Frédéric Reiss Jean-Luc Reitzer Philippe Richert
Sophie Rohfritsch André Schneider Esther Sittler
Michel Sordi Eric Straumann Claude Sturni
Catherine Troendle

 

Pour consulter et signer la pétition: http://www.petition-alsace.fr/

– See more at: http://depute-claudesturni.fr/arretons-de-subir#sthash.KeowMcHX.TreuKobs.dpuf

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :