Site officiel de la Fédération des Républicains du Bas-Rhin

Yalta

Le Parti Socialiste strasbourgeois vient de démontrer que sa démocratie interne, son supposé « débat interne » et même ses « primaires citoyennes » n’étaient que spectacle.

Au mépris des électeurs, on apprend que « le partage du butin », en cas de victoire de la gauche aux élections municipales a déjà eu lieu : à Roland Ries la mairie, à Alain Fontanel le poste de Premier adjoint, à Robert Herrmann la CUS, à Jacques Bigot, enfin, le mandat de Sénateur.

Si prompt à donner des leçons sur la « vie politique », le PS démontre que son approche des municipales à  Strasbourg n’est que politicienne et carriériste.

Si prompt à donner des leçons de féminisme et de parité, le PS nous apprend que les hommes décident toujours et que les femmes se contentent de prendre part au décor quand et où ils en auront décidé.

Si prompt à donner des leçons de « démocratie », le PS nous fait comprendre que ses « primaires » sont du vent et que ses leaders méprisent clairement les militants, tous cela avec le silence complice de la majorité des motions du parti.

Ce « partage du butin » est « scandaleux » et n’intéresse pas les Strasbourgeois. Ces derniers attendent des projets concrets pour répondre à leurs interrogations en matière de réduction des dépenses publiques, de sécurité, de création d’emplois et de la qualité de vie à Strasbourg.

Voilà pourquoi  il sera important d’empêcher ce « hold-up électoral » et de construire une alternance forte dont Strasbourg a besoin. Avec Fabienne Keller, Jean-Emmanuel Robert et d’autres, l’UMP s’emploiera à le faire.

 

André REICHARDT, Président de l’UMP 67

Bernadette THIEBAUT, Secrétaire Départementale

 

 

 

 

 

1 Commentaires pour cet article

  • Marianne

    A l’UMP il n y a pas plus de démocratie interne qu’au PS. PS ou UMP c’est pareil seul le pouvoir vous intéresse pour endetter d’avantage le pays et taxer toujours plus. PS et UMP sont les 2 faces d’une même pièce.

Répondre

*

%d blogueurs aiment cette page :